LE PILLAGE DE LA NATURE
Réchauffement climatique, déforestation, disparition des espèces, chacun s’alarme des catastrophes écologiques présentes ou à venir mais peu remettent en cause le système qui les a provoquées : le capitalisme. Reconnus comme des figures majeures de l’écomarxisme, John Bellamy Foster et Brett Clark explorent les œuvres de Marx et Engels afin d’élaborer une écologie politique matérialiste et dialectique. Cette approche originale alliant l’histoire, l’économie, la science et la politique déploie la question environnementale dans toute sa variété allant de l’agriculture à la maltraitance animale, en passant par l’alimentation et l’éco-impérialisme. Leur critique à la fois féroce et méticuleuse vise non seulement le néolibéralisme mais aussi l’écologie réformiste qui s’accommode également de l’ordre capitaliste bourgeois. Dévoilant le lien entre dégradation écologique et domination sociale ils posent les bases d’une lutte révolutionnaire où l’émancipation implique la fin d’une double exploitation: celle des êtres humains et de la nature. Car s’il s’agit bien d’en finir avec le pillage de la nature, les auteurs n’oublient pas que celui-ci est inhérent au pillage de l’existence humaine, à travers différentes formes d’oppression liées à la classe, la race et le genre. Pris dans le processus capitaliste d’épuisement de la nature, être une chose vivante c’est toujours être un objet de l’expropriation. John Bellamy Foster est rédacteur en chef de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Oregon. Brett Clark est rédacteur en chef adjoint de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Utah. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cyrille RIvallan

[hr]

Sortie le 29 avril 2022

384 pages

26 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-38-2

26,00 Ajouter au panier
LE JOURNALISME INTÉGRAL
Écrits au début des années 1920 quand l’auteur était lui-même journaliste militant, ou bien au cours de son incarcération dans les prisons fascistes (1926-1937), ces textes nous offrent une véritable réflexion critique sur la pratique, les moyens et les buts d’un journalisme engagé. Outil d’information, mais surtout de formation, le journalisme est pour Gramsci un facteur clé pour le développement d’une nouvelle hégémonie culturelle, c’est-à-dire pour la création d’un nouveau sens commun. De nos jours, alors que les grands capitalistes ont mis la main sur presque tous les médias traditionnels et que les sites d’informations contestataires de toutes tendances se multi- plient sur internet, les réflexions de Gramsci fournissent des pistes fécondes à tous ceux pour qui l’information doit redevenir une arme au service du progrès social. Antonio Gramsci (1891-1937), militant et penseur marxiste, auteur des Cahiers de prison. Traduit de l'italien par Fabien Trémeau 

[hr]

Sortie le 20 mars 2022

112 pages

10 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-32-0

10,00 Ajouter au panier
“QUOI QU’IL EN COÛTE”
« Quoi qu’il en coûte » était le mot d’ordre de Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne, en 2012. Le message adressé au monde de la finance était limpide : vous aurez tout l’argent que vous voulez gratuitement, investissez sans crainte ! Résultat : une croissance nulle, un capital financier revigoré et une nouvelle bulle à l’horizon. Loin d’être une perversion d’un capitalisme prétendument « bon », la finance est le résultat d’un mode de production devenu sénile car enfoncé dans une crise sans fin. En s’appuyant sur les analyses de Marx, cet essai explique le rôle de la finance et comment elle en est arrivée à dominer toute notre économie contemporaine. Loin d’être une perversion, l’hyperfinanciarisation actuelle est le pur produit d’un capitalisme sénile, piégé dans une crise sans fin nous conduisant à des catastrophes politiques, écologiques et sociales. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique. Il est l'auteur de Contre l'État.

[hr]

Sortie le 27 août 2021

176 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-35-1

12,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT TRAVAILLEUR DOIT SAVOIR À PROPOS DE L’IMPÉRIALISME

Pourquoi les travailleurs des pays du Nord soutiennent-ils des politiques nationalistes, voire xénophobes ? Pourquoi ces travailleurs sont-ils souvent indifférents à la misère des travailleurs du Sud ? Et surtout : pourquoi les mouvements de gauche ignorent-ils depuis si longtemps ces questions ?

En oubliant l’impérialisme, les mouvements contestataires du Nord oublient l’internationalisme et se retrouvent démunis face à une classe possédante mondiale plus que jamais solidaire. Alors que le capitalisme se dirige vers la plus grave crise de son histoire, comprendre l’impérialisme contemporain est donc stratégiquement indispensable.

Cet essai dévoile comment la surexploitation de la main-d’œuvre des pays pauvres nourrit les profits des multinationales, mais aussi achète la paix sociale dans les pays riches. Analysant ce mode de vie impérialiste dans ses dimensions politiques et économiques, John Smith démasque un certain marxisme réformiste et élabore une théorie au service d’un mouvement authentiquement révolutionnaire.

  John Smith, chercheur indépendant et militant, auteur de L’Impérialisme au XXIe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau

[hr]

Sortie le 18 mai 2021

144 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-30-6

12,00 Ajouter au panier
LA FABRIQUE DE LA CHINE
Pour la grande majorité des médias occidentaux, il paraît incontestable que la Chine représente une menace pour la liberté, la démocratie et l’équilibre géopolitique. Face à cette opinion quasi unanime, Mobo Gao pose une question décisive : comment notre connaissance et notre compréhension de la Chine sont-elles construites ? Selon quels points de vue, quels jugements de valeurs implicites forgeons-nous l’image que nous avons de la Chine ? Abordant 11 thèmes fondamentaux pour comprendre la Chine d’aujourd’hui, l’auteur croise les travaux de chercheurs, journalistes et intellectuels Occidentaux et Chinois pour démontrer qu’aucun savoir n’est neutre. Grâce à une riche documentation il nous livre des explications stimulantes propres à désaxer notre regard et à dévoiler une Chine paradoxale et animée de nombreuses contradictions. Qu’est-ce qu’être Chinois du point de vue des Chinois eux-mêmes ? Quelle est la place du néolibéralisme dans la vie intellectuelle et académique chinoise ?Quel regard porter sur un passé récent tel que la révolution culturelle ? Quelle est la vision géopolitique des dirigeants chinois ? L’auteur n’hésite pas à aborder frontalement ces questions propices à de vives controverses. Par-là, il met au jour les partis pris politiques et les cadres conceptuels inavoués des commentateurs de la Chine, aussi bien de droite que de gauche. Mobo Gao est professeur en langue et civilisation chinoise à l’université d’Adélaïde en Australie. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 23 mars 2021

384 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
22,00 Ajouter au panier
EN LUTTE !
Dans un contexte de forte contestation des politiques néolibérales menées par des dirigeants toujours plus soumis à l’agenda des puissances capitalistes, nous observons et subissons un accroissement des brutalités politiques, idéologiques et policières. Désormais, les manipulations médiatiques les plus grossières, l’instrumentalisation de la justice ainsi que les mutilations physiques deviennent des pratiques ordinaires pour contenir tout mouvement de protestation. Retraçant l’histoire des résistances populaires au cours des quarante dernières années, Rémy Herrera explique comment le socialisme mitterrandien a introduit le néolibéralisme en France puis s’arrête sur les étapes importantes des révoltes populaires contemporaines : grèves de 1995, référendum de2005, soulèvement des banlieues, entre autres,avant d’aborder la période macronienne en tant que dénouement logique de ce processus. Rappelant les échecs et les victoires toujours précaires des luttes sociales récentes, ce livre réinscrit les combats actuels dans un mouvement historique profond, au-delà des cadres partisans et syndicaux, où l’esprit de combat des classes populaires demeure vivant. Rémy Herrera, économiste, chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

288 pages

17 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-25-2

 
17,00 Ajouter au panier
CONTRE L’ÉTAT
Si beaucoup s’accordent sur le fait que l’État sert de bras armé au capital et à la classe qui le représente, beaucoup croient aussi à tort que ce même État, entre d’autres mains, pourrait être mis au service du peuple. C’est contre ce préjugé trop peu discuté que s’inscrit ce court et stimulant essai. Prolongeant les arguments construits par la tradition marxienne, il rappelle que, comme instance politique surplombant la société, l’État est toujours le garant d’une domination de classe. Loin d’être un outil neutre au service de qui s’en empare, il est un rouage essentiel de l’exploitation capitaliste. Certes, les sociétés modernes ne liquideront pas l’État du jour au lendemain. Néanmoins, tout mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs une dissolution à terme de l’État pour une réappropriation de la politique par le plus grand nombre. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est ’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique.

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

144 pages

12 euros

Format : 10x17

ISBN : 979-10-97331-24-5

12,00 Ajouter au panier
SANTÉ ET CAPITALISME
La crise du Covid-19 a révélé de graves incohérences dans les politiques de santé et des carences dramatiques dans la gestion et la sécurité sanitaire au sein de pays dits développés. Chacun est désormais conscient qu’au XXIe siècle une médecine efficace et accessible est une réalité très précaire. À la croisée de l’histoire, de la sociologie et de l’économie, cet ouvrage explique comment fonctionnent et se développent la médecine et les systèmes de soin aujourd’hui à travers le monde. Il nous permet ainsi d’y voir plus clair dans les grands débats relatifs à la santé. Qu’est-ce qui rend un système de santé efficace ? Comment se répartissent les inégalités en matière de santé à travers le monde? Quel rôle les puissances d’argent ont-elles dans la production et la distribution des soins ? Comment le néolibéralisme s’approprie-t-il le secteur de la santé ? Traitant de la marchandisation et de la privatisation galopante des systèmes de santé, de la transformation des patients en clients et donc en consommateurs, l’ouvrage montre combien la santé et la médecine sont la cible privilégiée de puissances industrielles et économiques. Dès lors, la question de la santé soulève une alternative radicale : soit la loi du profit, soit le bien-être du plus grand nombre. Traduit de l’anglais par Julie Héraut. [hr]

Sortie le 25 août 2020

192 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-26-9

15,00 Ajouter au panier
LE PEUPLE SOUVERAIN ET LA DÉMOCRATIE
Depuis plusieurs années, l’actualité résonne d’une crise de la représentation, de la montée de l’abstentionnisme et du désaveu des politiques. Pourtant, ceux qui en appellent aux « valeurs » républicaines s’intéressent rarement à la souveraineté populaire, qui en est pourtant la base, sinon pour la disqualifier comme « souverainisme », « populisme », voire « repli nationaliste ». Plongeant au coeur des débats politiques qui animèrent la Révolution française, Yannick Bosc analyse l’action de Robespierre qui entre 1789 et 1794 oeuvra sans relâche au triomphe d’une république démocratique contre une république des propriétaires. S’appuyant sur de nombreux articles et discours, l’auteur retrace ce combat politique visant à réaliser en actes la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. De même que les relais du pouvoir ont récemment réduit les Gilets jaunes à une foule informe et haineuse, les thermidoriens qui écrasèrent le mouvement populaire au nom de la bourgeoisie possédante en 1794 nommèrent « anarchie » ce peuple désireux d’agir en souverain. Ainsi, plus qu’une matrice de notre vie politique moderne, la Révolution française reste encore une source d’inspiration pour les combats actuels. Yannick Bosc, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen. [hr]

Sortie le 15 octobre 2019

208 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-20-7

15,00 Ajouter au panier
L’IMPÉRIALISME AU XXIe SIÈCLE
Un t-shirt, une tasse de café, un iPhone, ces marchandises qui nous paraissent banales renferment pourtant toute l’inhumanité de la mondialisation néolibérale. C’est en décrivant les conditions de leur production que John Smith commence son étude majeure sur les relations des grandes firmes multinationales des principaux pays capitalistes avec le reste du monde. Attaquant le conte de fées néolibéral selon lequel les populations des pays du Sud profitent de la mondialisation, l’auteur balaye les arguments fallacieux des économistes dominants pour dévoiler le système d’exploitation et de pillages des grandes entreprises transnationales qui ne recourent désormais à la force militaire des États impérialistes qu’en cas de résistance. John Smith éclaire ainsi d’un jour nouveau les problèmes politiques et sociaux les plus actuels : la désindustrialisation des pays du Nord, le pouvoir de la finance, la migration, la crise écologique, l’esclavage moderne, la perpétuation des inégalités hommes/femmes. Complétant l’analyse scientifique des faits par une pensée théorique novatrice et rigoureuse, John Smith donne les clefs pour comprendre les liens étroits existant entre les luttes sociales actuelles au Sud et au Nord. À l’âge de l’impérialisme, la lutte de classe se livre plus que jamais à l’échelle internationale. L’Impérialisme au XXIe siècle est lauréat du prix Paul A. Baran — Paul M. Sweezy John Smith, chercheur indépendant et militant, docteur en économie de l’université de Sheffield Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 10 septembre 2019

552 pages

26 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-19-1

26,00 Ajouter au panier
L’AGRICULTURE À L’ÈRE DE LA MONDIALISATION
Quel point commun entre un villageois pauvre et sans terre du Bangladesh, l’agriculture américaine hautement capitalisée, un couple d’exploitants tanzaniens destinant leur récolte à l’exportation et les grandes exploitations brésiliennes ? Peut-on vraiment les réunir sous le terme « agriculteur » sans passer à côté des rapports réels de domination et de la façon dont s’organise l’activité agricole au sein de notre économie mondialisée ? Cet ouvrage, d’une clarté remarquable, est une référence incontournable pour comprendre les différents rapports formant les dynamiques et les luttes de classes au sein du monde agricole actuel : rapports de pouvoir, de genre, d’exploitation, rapports Nord/Sud. Alliant une approche historique, une explication des concepts clés et de nombreux cas concrets à travers le monde, ce livre est une lecture indispensable pour tous ceux souhaitant comprendre le monde agricole pour mieux le transformer.   Henry Bernstein est professeur émérite à la SOAS (University of London). Traduit de l'anglais par Edouard Morena.
Lire un extrait  [icon icon=icon-book size=26px color=#000 ]

[hr]

Sortie le 15 mai 2019

204 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-17-7

15,00 Ajouter au panier
LA CHINE EST-ELLE CAPITALISTE ?
  Depuis plusieurs années, l’équilibre du monde et les rapports entre grandes puissances subissent de profondes mutations. Dans un tel contexte, une compréhension juste et scientifique du modèle politico-économique de la Chine est plus que jamais indispensable. Cet ouvrage présente pour la première fois le développement économique de la Chine depuis les années 1950 jusqu’à nos jours. S’attachant au temps long pour mieux balayer les lieux communs trompeurs, les auteurs nous démontrent clairement que la réussite industrielle et commerciale de ce pays n’est pas un miracle des années 2000. Elle est au contraire le résultat d’efforts colossaux et de stratégies mises en œuvre dès la prise de pouvoir par les communistes. Animé d’un souci de clarté, cet ouvrage se destine à tous ceux qui souhaitent comprendre la Chine contemporaine, la manière dont elle s’est construite et ce vers quoi elle se dirige.  

Rémy Herrera est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne.

Zhiming Long est économiste, enseignant à l’École de Marxisme de l’Université Tsinghua de Pékin.

 
Lire un extrait  [icon icon=icon-book size=26px color=#000 ]
[hr]

Sortie le 26 février 2019

208 pages

16 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-13-9

16,00 Ajouter au panier