LE PILLAGE DE LA NATURE
Réchauffement climatique, déforestation, disparition des espèces, chacun s’alarme des catastrophes écologiques présentes ou à venir mais peu remettent en cause le système qui les a provoquées : le capitalisme. Reconnus comme des figures majeures de l’écomarxisme, John Bellamy Foster et Brett Clark explorent les œuvres de Marx et Engels afin d’élaborer une écologie politique matérialiste et dialectique. Cette approche originale alliant l’histoire, l’économie, la science et la politique déploie la question environnementale dans toute sa variété allant de l’agriculture à la maltraitance animale, en passant par l’alimentation et l’éco-impérialisme. Leur critique à la fois féroce et méticuleuse vise non seulement le néolibéralisme mais aussi l’écologie réformiste qui s’accommode également de l’ordre capitaliste bourgeois. Dévoilant le lien entre dégradation écologique et domination sociale ils posent les bases d’une lutte révolutionnaire où l’émancipation implique la fin d’une double exploitation: celle des êtres humains et de la nature. Car s’il s’agit bien d’en finir avec le pillage de la nature, les auteurs n’oublient pas que celui-ci est inhérent au pillage de l’existence humaine, à travers différentes formes d’oppression liées à la classe, la race et le genre. Pris dans le processus capitaliste d’épuisement de la nature, être une chose vivante c’est toujours être un objet de l’expropriation. John Bellamy Foster est rédacteur en chef de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Oregon. Brett Clark est rédacteur en chef adjoint de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Utah. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cyrille RIvallan

[hr]

Sortie le 29 avril 2022

384 pages

26 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-38-2

26,00 Ajouter au panier
LE JOURNALISME INTÉGRAL
Écrits au début des années 1920 quand l’auteur était lui-même journaliste militant, ou bien au cours de son incarcération dans les prisons fascistes (1926-1937), ces textes nous offrent une véritable réflexion critique sur la pratique, les moyens et les buts d’un journalisme engagé. Outil d’information, mais surtout de formation, le journalisme est pour Gramsci un facteur clé pour le développement d’une nouvelle hégémonie culturelle, c’est-à-dire pour la création d’un nouveau sens commun. De nos jours, alors que les grands capitalistes ont mis la main sur presque tous les médias traditionnels et que les sites d’informations contestataires de toutes tendances se multi- plient sur internet, les réflexions de Gramsci fournissent des pistes fécondes à tous ceux pour qui l’information doit redevenir une arme au service du progrès social. Antonio Gramsci (1891-1937), militant et penseur marxiste, auteur des Cahiers de prison. Traduit de l'italien par Fabien Trémeau 

[hr]

Sortie le 20 mars 2022

112 pages

10 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-32-0

10,00 Ajouter au panier
LA CROISADE DES FOUS
Les événements tragiques de Yougoslavie donnèrent lieu à une débauche de propagande qui transforma la situation complexe des Balkans en une fable manichéenne, distribuant de façon simpliste les rôles des bons et des méchants. La grande qualité de l’ouvrage de Diana Johnstone est d’expliquer les causes historiques et géopolitiques profondes de ce conflit tout en menant une critique implacable de la propagande atlantiste qui les a travesties. Ainsi, non seulement il devient possible d’aborder ces événements sur une base factuelle richement documentée, mais aussi de comprendre le rôle majeur des techniques de désinformation et de manipulation de l’opinion publique qui font aujourd’hui partie de l’arsenal de guerre des puissances occidentales. Au lendemain de la défaite des États-Unis en Afghanistan, après les interventions occidentales désastreuses en Irak, en Libye et en Syrie au cours des années 2000-2010, la guerre de Yougoslavie apparaît comme la véritable matrice des guerres contemporaines. Diana Johnstone est une universitaire et une journaliste américaine.

[hr]

Sortie le 22 février 2022

372 pages

20 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-37-5

20,00 Ajouter au panier
GRANDEUR ET DÉCADENCE DE L’EXPRESSIONNISME
Les deux essais réunis dans cet ouvrage ont été publiés au cours des années 1930, du temps où Lukács, fuyant le nazisme, vivait à Moscou. Cette retraduction intégrale permet de redécouvrir toute la fécondité de la pensée de Lukács sur la question de la création littéraire et des avant-gardes. Refusant la conception de l’art pour l’art, Lukács développe une critique du formalisme artistique représenté par l’expressionnisme et le surréalisme qui, privilégiant le subjectivisme, enferme l’individu dans un rapport au monde irrationnel. Face à cette tendance, Lukács défend le réalisme et se fait le défenseur d’auteurs comme Thomas Mann, chez qui la création stylistique et l’audace formelle révèlent au lecteur les contradictions profondes de son époque et ainsi l’aident à surmonter son sentiment d’impuissance. Pour Lukács les courants littéraires ne relèvent pas de questions purement esthétiques mais ils sont profondément liés aux développements historiques et politiques. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de Histoire et conscience de classe et de L’Esthétique. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois. Traduit de l’allemand par Alix Bouffard, Lucie Capillon, Eliot Cordier, Alexandre Feron, Guillaume Fondu, Quentin Fondu, Mandie Joulin, Even Perchais-Lorfeuvre Even Perchais-Lorfeuvre, Jean Quétier, Félix Thiriet et Adnan Zolic  

[hr]

Sortie le 11 janvier 2022

167 pages

14 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-36-8

14,00 Ajouter au panier
L’ESTHÉTIQUE. TOME 1
Publiée pour la première fois en allemand en 1963, L’Esthétique est un ouvrage somme dans lequel Georg Lukács a rassemblé et approfondi toutes ses réflexions touchant à la question de l’art. Cet ouvrage s’inscrit dans la grande tradition philosophique qui d’Aristote à Hegel, en passant par Diderot et Kant, s’efforce de comprendre l’art et ses productions en tant qu’aspect essentiel de la vie des hommes. Comme tous les grands penseurs qui l’ont précédé, Lukács veut saisir l’art non comme un objet isolé, mais comme une fonction active de l’histoire de l’humanité. Ce premier tome étudie principalement les différences entre la sphère esthétique et d’autres domaines tels que la science, l’éthique et la religion. Défendant une approche historique et objective, Lukács analyse comment les besoins sociaux déterminent ces différentes dimensions de la vie humaine, et la façon dont en retour l’art et la science enrichissent perpétuellement la quotidienneté des individus. Il permet ainsi de comprendre le rôle particulier et nécessaire de l’oeuvre d’art dans la vie de l’humanité ainsi que son caractère radicalement immanentiste et défétichisant. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois. Traduit de l'allemand par Jean-Pierre Morbois et Guillaume Fondu.

[hr]

Sortie le 14 décembre 2021

920 pages

36 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-34-4

36,00 Ajouter au panier
LE MASSACRE DE CLICHY
Le soir du 16 mars 1937, Clichy fut le théâtre d’une manifestation de masse organisée par le Front populaire local contre un rassemblement du Parti social français (ex Croix-de-Feu), le parti fasciste dirigé par le lieutenant-colonel de La Rocque. Face aux provocations de l’extrême droite et à une gestion policière calamiteuse, la manifestation dégénéra en émeute. Six militants antifascistes et un gendarme trouvèrent la mort au cours des événements ou des suites de leurs blessures. Le lendemain, la “Red Riot” fit la une du New York Times et du Washington Post. Tout en retraçant avec précision et de façon vivante cet événement majeur de l’entre-deux-guerres, l’auteur nous plonge dans ce contexte historique particulier où la rue était un lieu primordial de l’affrontement politique. Les stratégies des partis de masse, l’organisation et la doctrine de la police, ainsi que le rôle et le niveau de violence dans la vie politique sont autant de thèmes abordés qui nous restituent la culture politique et militante d’une époque aux tensions idéologiques extrêmes. Tout lecteur qui se questionne sur la place de la violence en politique aujourd’hui et sur l’emploi de la police face aux mobilisations sociales et politiques, trouvera dans ce livre un précieux outil de réflexion.   Chris Millington, professeur à l’Université de Manchester, est spécialiste des mouvements d’anciens combattants en France après la Première Guerre mondiale et de l’histoire de l’extrême droite en France au xxe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau  

[hr]

Sortie le 16 septembre 2021

228 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-33-7

18,00 Ajouter au panier
“QUOI QU’IL EN COÛTE”
« Quoi qu’il en coûte » était le mot d’ordre de Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne, en 2012. Le message adressé au monde de la finance était limpide : vous aurez tout l’argent que vous voulez gratuitement, investissez sans crainte ! Résultat : une croissance nulle, un capital financier revigoré et une nouvelle bulle à l’horizon. Loin d’être une perversion d’un capitalisme prétendument « bon », la finance est le résultat d’un mode de production devenu sénile car enfoncé dans une crise sans fin. En s’appuyant sur les analyses de Marx, cet essai explique le rôle de la finance et comment elle en est arrivée à dominer toute notre économie contemporaine. Loin d’être une perversion, l’hyperfinanciarisation actuelle est le pur produit d’un capitalisme sénile, piégé dans une crise sans fin nous conduisant à des catastrophes politiques, écologiques et sociales. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique. Il est l'auteur de Contre l'État.

[hr]

Sortie le 27 août 2021

176 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-35-1

12,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT TRAVAILLEUR DOIT SAVOIR À PROPOS DE L’IMPÉRIALISME

Pourquoi les travailleurs des pays du Nord soutiennent-ils des politiques nationalistes, voire xénophobes ? Pourquoi ces travailleurs sont-ils souvent indifférents à la misère des travailleurs du Sud ? Et surtout : pourquoi les mouvements de gauche ignorent-ils depuis si longtemps ces questions ?

En oubliant l’impérialisme, les mouvements contestataires du Nord oublient l’internationalisme et se retrouvent démunis face à une classe possédante mondiale plus que jamais solidaire. Alors que le capitalisme se dirige vers la plus grave crise de son histoire, comprendre l’impérialisme contemporain est donc stratégiquement indispensable.

Cet essai dévoile comment la surexploitation de la main-d’œuvre des pays pauvres nourrit les profits des multinationales, mais aussi achète la paix sociale dans les pays riches. Analysant ce mode de vie impérialiste dans ses dimensions politiques et économiques, John Smith démasque un certain marxisme réformiste et élabore une théorie au service d’un mouvement authentiquement révolutionnaire.

  John Smith, chercheur indépendant et militant, auteur de L’Impérialisme au XXIe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau

[hr]

Sortie le 18 mai 2021

144 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-30-6

12,00 Ajouter au panier
DYNAMIQUE DE L’ÉCONOMIE CHINOISE
  Ce livre propose au lecteur une analyse originale de ce phénomène tout à fait extraordinaire qu’est la croissance économique chinoise, expliqué ici depuis les origines de la République populaire jusqu’à nos jours. Originale d’abord, parce que les auteurs ont reconstruit eux-mêmes, sur le pays étudié, des bases de données en séries temporelles pour le stock de capital physique, le stock de capital humain, les dépenses de recherche-et développement et l’indice d’inégalités de revenus de Gini. Originale ensuite, parce que les méthodologies utilisées passent au crible une gamme de courants théoriques très large : néoclassique, pickettyen et marxiste. Originale enfin, parce que les outils les plus modernes des statistiques et de l’économétrie sont mobilisés pour mener à bien ces recherches. Ce livre s'adresse aux économistes et à un public ayant de solides connaissances en économie.  

Rémy Herrera est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne.

Zhiming Long est économiste, enseignant à l’École de Marxisme de l’Université Tsinghua de Pékin.

  [hr]

Sortie le 22 avril 2021

386 pages

39 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-31-3

39,00 Ajouter au panier
LA FABRIQUE DE LA CHINE
Pour la grande majorité des médias occidentaux, il paraît incontestable que la Chine représente une menace pour la liberté, la démocratie et l’équilibre géopolitique. Face à cette opinion quasi unanime, Mobo Gao pose une question décisive : comment notre connaissance et notre compréhension de la Chine sont-elles construites ? Selon quels points de vue, quels jugements de valeurs implicites forgeons-nous l’image que nous avons de la Chine ? Abordant 11 thèmes fondamentaux pour comprendre la Chine d’aujourd’hui, l’auteur croise les travaux de chercheurs, journalistes et intellectuels Occidentaux et Chinois pour démontrer qu’aucun savoir n’est neutre. Grâce à une riche documentation il nous livre des explications stimulantes propres à désaxer notre regard et à dévoiler une Chine paradoxale et animée de nombreuses contradictions. Qu’est-ce qu’être Chinois du point de vue des Chinois eux-mêmes ? Quelle est la place du néolibéralisme dans la vie intellectuelle et académique chinoise ?Quel regard porter sur un passé récent tel que la révolution culturelle ? Quelle est la vision géopolitique des dirigeants chinois ? L’auteur n’hésite pas à aborder frontalement ces questions propices à de vives controverses. Par-là, il met au jour les partis pris politiques et les cadres conceptuels inavoués des commentateurs de la Chine, aussi bien de droite que de gauche. Mobo Gao est professeur en langue et civilisation chinoise à l’université d’Adélaïde en Australie. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 23 mars 2021

384 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
22,00 Ajouter au panier
RACONTER OU DÉCRIRE ?
Publié pour la première fois en 1937, Raconter ou Décrire ? est rapidement devenu un classique de la critique littéraire. Cette nouvelle traduction, accompagnée d’extraits de romans, permet de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d’œuvre qui a su mettre en lumière les rapports complexes unissant littérature et politique et interroger la place de l’écrivain dans la société capitaliste. Commençant son étude par une comparaison de deux extraits de Nana de Zola et d’Anna Karénine de Tolstoï, Lukács montre comment l’isolement de l’écrivain de la vie sociale le contraint à une description désincarnée du réel. Renvoyant dos à dos formalisme et naturalisme, il reconnaît chez les grands auteurs réalistes la capacité à saisir le mouvement véritable du processus vital, à puiser dans la matière riche et vivante du vécu pour redonner à l’individu son rôle agissant au sein des transformations sociales et historiques. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de La Théorie du roman et d’Histoire et conscience de classe. Traduit de l'allemand par Guillaume Fondu, Mandie Joulin, Gabriel Mahéo, Adrien Maufrais et Even Perchais.

[hr]

Sortie le 23 février 2021

156 pages

14 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
14,00 Ajouter au panier
GUERRES FROIDES
Alors qu’une nouvelle guerre froide oppose aujourd’hui les États-Unis et la Russie, Jeremy Kuzmarov et John Marciano retracent la longue histoire des rapports, souvent mal connue, entre ces deux grands pays, nous mettant ainsi en garde contre toute vision unilatérale. Analysant l’irrationalisme de la classe politique américaine à l’égard de la Russie et par ricochet l’hystérisation des rapports géopolitiques, les auteurs nous proposent une véritable contre-histoire de la guerre froide. Commençant par l’invasion américaine en Sibérie entre 1918 et 1920, ils dressent un récit passionnant de la politique américaine contre l’URSS tout au long du siècle. Se fondant sur les études historiques les plus rigoureuses, ils rappellent que la menace soviétique relevait essentiellement du fantasme et que nombre d’interventions militaires américaines répondaient à une logique de domination de classe alimentée par un discours de chasse aux sorcières. Si le Tiers-monde fut la principale victime de cette politique américaine, les citoyens des États-Unis subirent aussi les effets liberticides et socialement destructeurs des choix de leurs dirigeants. Jeremy Kuzmarov est spécialiste de la politique étrangère et de l’histoire contemporaine des États-Unis. Il enseigne actuellement au Tulsa Community College. John Marciano est professeur émérite de la State University of New York à Cortland. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 7 octobre 2020

324 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-27-6

 
22,00 Ajouter au panier