L’HUMANITAIRE À L’ÉPREUVE DE L’IMPÉRIALISME
Les ONG humanitaires sont-elles condamnées à n’être que les gestionnaires de la misère ? Quel rôle peuvent-elles jouer face aux États et aux multinationales ? Peuvent-elles ignorer les conséquences d’un impérialisme toujours plus agressif ? Face à ces questions, Bertrand Bréqueville, fort d’une expérience de vingt-cinq ans dans l’humanitaire, propose de repenser l’action de ces organisations. Après avoir rappelé les mécanismes et les évolutions de l’impérialisme au xxe siècle, l’auteur expose les conséquences de ce système d’exploitation qui détruit les êtres humains et la nature, engendrant conflits et guerres civiles. Il met en lumière l’absence des ONG dans les luttes anti-impérialistes et leur apolitisme, se condamnant ainsi à n’être que la bonne conscience de la mondialisation néolibérale. Afin de sortir de cette impasse, l’auteur propose notamment que ces organisations s’engagent activement dans les mouvements antimilitaristes et pour la paix; qu’elles collaborent avec les mouvements sociaux locaux; et en matière d’immigration, qu’elles refusent l’opposition entre la morale et la politique en dénonçant les causes économiques qui poussent les migrants à quitter leurs pays. Bertrand Bréqueville est chargé de recrutement à Médecins du monde. Auteur de nombreux articles sur la place de l’humanitaire face aux questions sociales et politiques, il publie en 2021 L’Humanitaire sous l’emprise du néolibéralisme.

[hr]

Sortie le 24 mai 2024

232 pages

19 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-58-0

19,00 Ajouter au panier
MARIANNE AUX ENFERS
Si la haine de la Révolution française a longtemps caractérisé l’extrême droite la plus réactionnaire, cette opinion s’est propagée à presque toutes les tendances politiques et dans tous les milieux sociaux au fil des dernières décennies. Ce basculement a été rendu possible par une avalanche de contre-vérités et d’anachronismes véhiculés par des ouvrages de pseudo-historiens mais aussi par des émissions de télévision, des films, des jeux vidéo et même un parc d’attractions. Ainsi, l’événement fondateur de la république est désormais amalgamé avec les pires horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Après avoir rappelé les origines de cette falsification et notamment la place centrale qu’y tient le prétendu « génocide vendéen », l’historienne Nathalie Alzas analyse les glissements idéologiques et les évolutions des représentations qui se sont opérés à l’égard de la Révolution française de 1945 à nos jours. En dévoilant les ressorts de cette fraude intellectuelle elle en expose également les conséquences politiques délétères sur notre démocratie. Nathalie Alzas est agrégée et docteur en histoire, spécialiste de la Révolution française.

[hr]

Sortie le 19 avril 2024

208 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-57-3

18,00 Ajouter au panier
VERS UN CYBERCOMMUNISME
Depuis plusieurs décennies, le capitalisme et l’économie de marché sont devenus des systèmes mondialement hégémoniques. Dans ce contexte, l’ouvrage de Paul Cockshott et Allin Cottrell est aussi nécessaire que provocateur puisqu’il démontre qu’une société fondée sur la planification économique, la propriété collective des moyens de production et la non-accumulation individuelle de richesses est non seulement souhaitable, mais techniquement réalisable. Mobilisant les outils mathématiques et informatiques les auteurs apportent des solutions non-capitalistes à des problèmes économiques concrets tels que la distribution efficace des moyens de production, la répartition équitable des salaires, l’équilibre de l’offre et de la demande ou bien encore le commerce international. N’éludant aucune des critiques classiques adressées à tout projet communiste, comme la peur des pénuries, ils s’appuient sur les avancées de la cybernétique pour élaborer des mécanismes de planification économiquement rationnels, socialement progressistes et écologiquement soutenables. Tirant les leçons des échecs de l’expérience soviétique mais aussi de la social-démocratie occidentale, l’organisation économique novatrice qu’ils proposent est indissociable d’une démocratie radicale inspirée du modèle athénien. Rejetant autant les soviets que le parlementarisme, ils proposent une démocratie participative où chacun pourrait s’impliquer dans l’élaboration et le vote de la loi afin de se prémunir contre l’apparition de toute forme de domination. Paul Cockshott est informaticien et économiste. Il a enseigné l’informatique à l’Université de Glasgow. Allin Cottrell est professeur d’économie à la Wake Forest University (Caroline du Nord). Traduit de l'anglais par Boris Belin 

[hr]

Sortie le 23 février 2024

400 pages

26 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-54-2

26,00 Ajouter au panier
LE COUP D’ÉTAT SILENCIEUX
Dans cet ouvrage, Claire Provost et Matt Kennard nous font découvrir un monde où des entreprises peuvent attaquer en justice un pays si une nouvelle loi entrave leurs affaires, où des territoires, des frontières, mais aussi des villes sont gérés par des organismes privés, un monde où il existe plus d’agents de sécurité privés que de policiers. Ce livre n’a pourtant rien d’un roman d’anticipation, au contraire, c’est bien de notre monde actuel dont il est question dans ces pages. Au fil d’une enquête de terrain, menée dans plus de trente pays, les auteurs nous dévoilent des institutions, des mécanismes internationaux et des stratégies économiques qui, au fil des décennies, ont permis aux grandes entreprises de supplanter les pouvoirs politiques à travers le monde. Leur remarquable travail d’investigation démontre que ce phénomène n’est pas le fruit d’un complot machiavélique, mais se déroule au grand jour, grâce à des entreprises et des idéologues du capitalisme pour lesquels rien ne doit arrêter la croissance des profits, pas même la démocratie. Si ces pages dressent un triste état du monde, elles sont aussi porteuses d’espoir à travers les citoyens et les militants que les auteurs ont rencontrés au cours de leurs recherches et dont ils nous livrent les paroles. Des femmes et des hommes qui, sur tous les continents, refusent de se soumettre à la dictature du capitalisme mondialisé. Claire Provost est cofondatrice et codirectrice du nouvel institut à but non lucratif Journalism and Social Change. Auparavant, elle a été Head of Global Investigations au sein du média indépendant openDemocracy, boursière au Centre for Investigative Journalism (CIJ) à Londres et journaliste de données au Guardian. C'est son premier livre.. Matt Kennard est cofondateur et enquêteur en chef de Declassified UK, un organe d’information qui enquête sur la politique étrangère britannique. Il a été directeur du Centre for Investigative Journalism (CIJ) à Londres. Il a travaillé comme rédacteur pour le Financial Times à Washington, New York et Londres. Traduit de l'anglais par Émilie Babef, Vivien Guarino et Fabien Trémeau.

[hr]

Sortie le 23 février 2024

400 pages

28 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-54-2

28,00 Ajouter au panier
ROBESPIERRE ET LA RÉPUBLIQUE SOCIALE
Albert Mathiez demeure un des plus grands historiens de la Révolution française. Son œuvre, fondée sur une vaste connaissance des archives et une grande perspicacité d’analyse a profondément renouvelé la compréhension de la Révolution. De par ces qualités, ses écrits ont traversé les décennies et demeurent des lectures importantes pour comprendre cette période de bouleversements majeurs. Dans ce livre, les historiens Florence Gauthier et Yannick Bosc ont réuni et présentent les textes de Mathiez sur Robespierre. Alliant une passion communicative pour l’histoire à une méthode rigoureuse, ces textes forment une biographie politique de Robespierre qui nous plonge, au fil des événements, au cœur de l’action et des réflexions de l’Incorruptible. Détricotant les légendes noires, Mathiez s’attache à l’étude des sources et met en lumière la proximité de Robespierre avec le mouvement des Sans-culottes, moteur de la Révolution. Porteurs d’une véritable politique sociale, privilégiant le pouvoir législatif contre l’exécutif, le droit à l’existence contre la propriété privée, Robespierre et ses amis de la Montagne ne concevaient la république que démocratique et sociale. Albert Mathiez (1874-1932), historien, professeur à la Sorbonne, fondateur de la Société d’études robespierristes. Recueil présenté par Yannick Bosc et Florence Gauthier, historiens, spécialistes de la Révolution française.

[hr]

Sortie le 12 janvier 2024

400 pages

28 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-56-6

28,00 Ajouter au panier
UNE HISTOIRE POPULAIRE DE CUBA
De la (re)découverte de l’île à la guerre d’indépendance, de l’intervention des États-Unis à la victoire de la révolution socialiste jusqu’aux défis économiques du XXIe siècle, cet ouvrage retrace l’histoire de Cuba et de son peuple qui a su trouver les ressources nécessaires pour lutter contre l’oppression et conquérir sa liberté. Cette histoire nous parle d’un peuple en lutte qui, après la tragédie du colonialisme et de l’esclavagisme espagnole, la mainmise de la finance américaine et aujourd’hui l’embargo économique, réussit à surmonter des problèmes apparemment impossibles à résoudre. Mais cette histoire est aussi celle de l’immense espoir qu’a suscité la révolution socialiste cubaine à travers le monde et du rôle qu’elle joua auprès des mouvements de libération nationale en Afrique, au nom de la solidarité entre les peuples. Grâce à des données inédites permettant de comprendre l’évolution de la société cubaine Rémy Herrera bat en brèche la désinformation et les idées reçues sur cette île. Cet ouvrage s’adresse donc à un public soucieux de découvrir l’histoire de cette île et de son peuple et au-delà le combat pluriséculaire des opprimés pour leur liberté. Rémy Herrera, économiste, est chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).

[hr]

Sortie le 3 novembre 2023

418 pages

28 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-53-5

28,00 Ajouter au panier
QUE FAIRE DE LÉNINE ?
Dès les premiers jours d’octobre 1917, Lénine va incarner la révolution russe, aux yeux de ses admirateurs comme de ses adversaires. Au plus fort de la guerre froide jusqu’à nos jours cette figure révolutionnaire va susciter des regards sans nuance : génie politique et chef d’orchestre de la révolution pour les uns, agitateur machiavélique et dirigeant sanguinaire pour les autres. Écartant aussi bien la légende noire que la légende dorée, Guillaume Fondu confronte les réflexions et les choix politiques du leader bolchevique aux positions de ses camarades et adversaires sur les mêmes questions. Lénine est ainsi replacé au cœur du contexte historique dans lequel il s’est formé, a élaboré ses conceptions de la lutte politique et a œuvré à la révolution. Grâce à cette approche originale, cet ouvrage bouscule non seulement des idées reçues renouvelant notre compréhension de ce personnage historique mais il nous permet aussi de questionner les pratiques militantes et les stratégies politiques contemporaines. Guillaume Fondu est agrégé et docteur en philosophie. Il a, entre autres, co-traduit L’Esthétique de Georg Lukács.

[hr]

Sortie le 20 octobre 2023

202 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-52-8

18,00 Ajouter au panier
L’INDIVIDU CONTRE LA SOCIÉTÉ
Depuis plusieurs décennies les luttes politiques se cristallisent autour de l’adoption de nouvelles lois censées protéger l’individu et lui garantir des libertés. Si la loi enregistre en permanence le rapport de force entre les classes sociales, que signifie cette demande toujours plus forte de nouveaux outils législatifs ? La lutte politique pour le progrès social peut-elle se réduire à une revendication de droits et la création de toujours plus de lois ? Alliant les approches historique, sociologique et politique, Raymond Debord retrace le développement de l’idéologie néolibérale qui individualise les droits pour mieux invisibiliser les groupes sociaux. Cette logique aboutit à une multiplication de droits particuliers souvent inapplicables, voire contre-productifs. Cette accumulation de lois marque un renforcement du pouvoir de l’État et un glissement de toute la société dans un réformisme individualiste. Penser les luttes sociales comme revendication de droits revient à enfermer ces luttes dans les structures de l’État capitaliste. Tout l’enjeu est donc de penser un droit en dehors de l’État, et l’individu en dehors de l’individualisme. Raymond Debord est cadre dans la protection de l’enfance. Docteur en sciences humaines, il est l’auteur de Faut-il en finir avec la famille ?

[hr]

Sortie le 6 octobre 2023

202 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-51-1

18,00 Ajouter au panier
MAINTENANT, PERSONNE NE PEUT PLUS ME FOUETTER
Cet ouvrage rassemble pour la première fois en français des témoignages recueillis au cours du xxe siècle auprès des dernières personnes à avoir vécu l’esclavage et son abolition sur le continent américain. Ces textes exceptionnels, sélectionnés et traduits par Rémy Herrera, restituent la parole de femmes et d’hommes nous racontant la vie des esclaves à travers leur quotidien, leurs craintes et leurs espoirs, les violences et les injustices subies. Les noms et les destins singuliers que nous découvrons au fil des pages dessinent ainsi une histoire concrète de cette tragédie. Ces témoignages font également vivre la mémoire de ces millions de vies mutilées et nous rappellent que le crime que fut l’esclavagisme participe d’une histoire et d’une culture commune. Chaque série de témoignages est accompagnée d’une présentation de Rémy Herrera fournissant des éléments de contextualisation afin de mieux saisir les différences et les points communs entre les systèmes esclavagistes des États-Unis, du Brésil et de Cuba. Rémy Herrera, économiste, est chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).  

Sortie le 8 septembre 2023

208 pages

19 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-50-4

19,00 Ajouter au panier
EN FINIR AVEC LES NATIONALISMES
Dans un contexte d’affrontements géopolitiques majeurs et de difficultés économiques grandissantes, nous voyons ressurgir des discours et des politiques nationalistes. Mais une souveraineté nationale restaurée, un État fort ou un protectionnisme social voire écologique sont-ils de véritables solutions à la crise généralisée qui se forme sous nos yeux ? Tom Thomas montre que la nation n’est jamais qu’une forme historique transitoire servant de supplément d’âme à une société bourgeoise dominée par l’individualisme des rapports marchands. Si certaines luttes de libération nationale ont pu par le passé servir la lutte de classe, le capitalisme mondialisé rend désormais illusoire toute possibilité d’émancipation dans le cadre de la nation. Face aux catastrophes économiques et écologiques en cours, tout nationalisme, qu’il vienne des élites ou du peuple, demeurera une impasse et interdira toute voie vers le socialisme. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique.

[hr]

Sortie le 25 août 2023

180 pages

16 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-49-8

16,00 Ajouter au panier
LES ILLUSIONS DE LA PROSPÉRITÉ
La misère recule-t-elle vraiment dans le monde ? Voit-on l’émergence d’une classe moyenne mondiale ? L’éducation et la santé progressent-elles dans les pays pauvres ? Si l’on écoute les « experts » néolibéraux, la réponse est claire : oui. Pourtant, Seth Donnelly montre à travers ce livre court et incisif les efforts considérables déployés par ces mêmes experts pour dissimuler la réalité de la pauvreté dans le monde. Désirant préserver à tout prix un système inégalitaire, les capitalistes et leurs intellectuels affiliés n’ont d’autre solution que de forger le mythe d’une prospérité partagée qui, au fil des années, gagne- rait toutes les régions du monde, quitte à user de données erronées et d’arguments fallacieux. S’inscrivant dans une démarche d’éducation populaire, ce livre expose de façon pédagogique les manipulations et les trucages des chiffres officiels et déconstruit de façon implacable le récit selon lequel un nombre toujours plus grand de personnes sortirait chaque année de la misère. Cet ouvrage ne laissera aucun lecteur indifférent et rappellera à chacun que derrière le conte de fées néolibéral se cache la souffrance de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Seth Donnelly est professeur dans un lycée public en Californie. Il a été militant pour l’indépendance portoricaine et au sein de mouvements pour la libération des Noirs. Depuis 2004 il participe au Comité d’action pour Haïti. Traduit de l’anglais par Vivien Guarino et Fabien Trémeau.

[hr]

Sortie le 26 mai 2023

168 pages

16 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-48-1

16,00 Ajouter au panier
UNE BRÈVE HISTOIRE DES OPÉRATIONS SECRÈTES DE WASHINGTON
Ce livre constitue un véritable guide des crimes perpétrés par les gouvernements des États-Unis via leur département de la Défense et leurs nombreuses agences de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Faits historiques incontestés et citations officielles à l’appui, il montre comment les États-Unis n’ont eu de cesse, en tant qu’héritiers du colonialisme européen, d’écraser nombre de révolutions et de mouvements politiques se risquant à contester la domination du capitalisme américain. De coups d’État en assassinats, de sabotages en sanctions économiques, la superpuissance a ainsi brisé les espoirs d’émancipation et de progrès de peuples voulant simplement échapper au sous-développement. L’auteur nous dévoile la véritable méthode de Washington alliant corruption, propagande et meurtre pour renverser des gouvernements démocratiquement élus tout en prétendant défendre la liberté. Méthode valable aussi bien en 1953 en Iran contre Mossadegh qu’en 2019 en Bolivie contre Evo Morales. Aussi instructif que percutant, l’ouvrage évite toute lamentation, il se veut au contraire un électrochoc prompt à réveiller les consciences et à fédérer l’esprit de révolte contre toutes les puissances impérialistes. Vijay Prashad est un historien et journaliste indien né en 1967, directeur de la Tricontinental : Institute for Social Research. Traduit de l’anglais par Diane Gilliard.

[hr]

Sortie le 11 mai 2023

192 pages

17 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-47-4

17,00 Ajouter au panier
HOLLYWOOD PROPAGANDA
S’appuyant sur des archives déclassifiées et de nombreux articles et témoignages directs, Matthew Alford nous livre une remarquable analyse politique de l’industrie hollywoodienne. Véritable machine à produire du rêve, générant des milliards de dollars de profits chaque année, Hollywood est aussi un prodigieux outil de propagande au service de l’hégémonie américaine. Analysant en détail plus d’une cinquantaine de films populaires des années 1990-2010, l’auteur démontre que Hollywood est tout sauf un bastion de la gauche américaine. Si certains films comme Transformers, Terminator Renaissance ou La Chute du Faucon noir sont directement financés par le Pentagone qui s’achète ainsi un droit de regard sur leur contenu, des films prétendument critiques comme Les Rois du désert, Hôtel Rwanda ou Avatar, sont également sous l’influence d’une idéologie conservatrice et guerrière glorifiant la suprématie américaine. Traitant non seulement des films de guerre et d’action, mais également des comédies, des films de science-fiction et des films politiques, l’auteur met en évidence une vision du monde dans laquelle les individus peuvent être critiquables mais où les institutions et le pouvoir américains ne sont jamais remis en cause. Matthew Alford enseigne à l’Université de Bath. Auteur de plusieurs ouvrages ainsi que d’articles pour The Guardian, New Statesman et The Independent, il mène depuis plusieurs années des recherches approfondies sur les liens entre l’industrie hollywoodienne, le Pentagone et d’autres agences gouvernementales des États-Unis. Il a également coproduit deux films inspirés de ses travaux The Writer with No Hands et Theaters of War.

[hr]

Sortie le 21 avril 2023

300 pages

23 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-46-7

 
 
23,00 Ajouter au panier
LA CHINE EST-ELLE IMPÉRIALISTE ?
La Chine est-elle impérialiste ? Pour beaucoup, la question ne se pose même pas. La Chine n’est-elle pas en train de devenir la première puissance économique mondiale ? De conquérir l’Afrique ? De s’accaparer les ressources naturelles de la planète? La Nouvelle route de la soie ne cache-t-elle pas des projets de domination ? À contre-courant des caricatures simplistes et xénophobes relayées par les médias occidentaux, ce livre apporte un éclairage nouveau sur une Chine complexe, traversée par de nombreuses contradictions. Face à des États-Unis de plus en plus agressifs et au ralentissement de l’économie mondiale, la Chine poursuit un modèle de développement singulier, où l’État planifie la production et contrôle la sphère financière. En plus de nous donner à comprendre les forces et les faiblesses de la puissance chinoise, cet ouvrage nous aide à mieux cerner ce qu’est réellement l’impérialisme en tant que réalité économique et géopolitique qui façonne notre monde contemporain. Rémy Herrera, économiste, chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne). Traduit de l’anglais par Dilan D'Agata.

[hr]

Sortie le 24 février 2023

204 pages

17 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-45-0

 
17,00 Ajouter au panier
L’ANTIFASCISME EN LITTÉRATURE
Un roman peut-il devenir une arme pour lutter contre le fascisme ? Quel rôle incombe à la littérature allemande dans le mouvement de résistance au nazisme ? C’est à ces questions que Lukács tente de répondre dans les trois textes réunis ici pour la première fois. Écrits entre 1938 et 1942, au cœur d’une bataille politique et idéologique aux dimensions alors tragiques, Lukács dénonce un antifascisme « libéral » qui, à l’instar d’un Stefan Zweig, refuse toute perspective révolutionnaire et ne propose qu’un antifascisme abstrait ignorant des véritables forces sociales en lutte. Face à cette impasse, l’auteur hongrois loue des écrivains comme Thomas et Heinrich Mann qui, en s’appuyant sur l’héritage classique opposent à la littérature de propagande « un réalisme critique vrai comme la vie » porteur d’un humanisme révolutionnaire dont le peuple est le premier acteur. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de Histoire et conscience de classe et de L’Esthétique.

[hr]

Sortie le 27 janvier 2023

168 pages

15 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-44-3

 
15,00 Ajouter au panier
UNE HISTOIRE DU TRAVAIL
Pourquoi les êtres humains ont-ils un jour décidé de cultiver la terre ? La révolution industrielle aurait-elle pu se produire sous l’Empire romain ? L’agriculture du Moyen Âge était-elle peu efficace ? Le capitalisme stimule-t-il vraiment l’innovation scientifique ? Voici quelques-unes des questions simples et étonnantes auxquelles ces pages apportent des réponses parfois inattendues. Alliant l’histoire des sociétés, de l’économie et des sciences, Paul Cockshott élabore une histoire de l’humanité qui débute au temps de la révolution néolithique et s’achève en s’interrogeant sur une future ère post-énergies fossiles. Défendant une vision matérialiste de l’histoire, la richesse de cet ouvrage réside dans son analyse historique vaste et détaillée alliée à un grand sens didactique. L’auteur aborde le travail et la production matérielle dans leurs dimensions aussi bien techniques, sociales que politiques et déplie sous nos yeux une histoire de dix millénaires où les sources d’énergie, les innovations technologiques, les moyens d’échange, mais aussi les relations de pouvoir ou les idéologies familiales participent au devenir de cette espèce animale singulière qu’est l’humanité. Illustré de nombreux schémas, photographies, graphiques et tableaux, ce livre s’adresse aux lecteurs de tous horizons du simple curieux au spécialiste. Paul Cockshott est un ingénieur informatique qui travaille sur la conception d’ordinateurs et enseigne l’informatique dans les universités d’Écosse. Traduit de l'anglais par Boris Belin et Marcos Vidal.

[hr]

Sortie le 7 octobre 2022

456 pages

26 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-43-6

26,00 Ajouter au panier
FAUT-IL EN FINIR AVEC LA FAMILLE ?
On annonce souvent son éclatement, ses transformations, voire sa disparition et pourtant la famille est toujours là. Comment expliquer la persistance de cette réalité sociale ? Cet ouvrage riche et documenté déboulonne les idées reçues sur les évolutions de la famille et des politiques familiales. De la Troisième République à nos jours, l’auteur montre comment la vision nataliste au service de la Nation a fait place à l’individualisme accompagnant l’avènement du néolibéralisme. Avec les débats sur la PMA, la GPA et les nouvelles formes de parentalités, la famille demeure plus que jamais un sujet de vives polémiques. Dépassant le clivage traditionnel entre la gauche et la droite, l’auteur montre que la réelle opposition et les véritables enjeux sur la question familiale se situent entre d’une part les pratiques et les attentes populaires et d’autre part une vision de la famille promue par les classes dominantes. Préface de Gérard Neyrand, sociologue, professeur à l’université Paul Sabatier de Toulouse. Raymond Debord, est cadre dans la protection de l’enfance. Docteur en sciences humaines, il est spécialiste de la famille.

[hr]

Sortie le 7 octobre 2022

326 pages

22 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-42-9

22,00 Ajouter au panier
L’AFFAIRE ASSANGE
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est l’histoire de reportages manipulés et manipulateurs dans les médias grand public aux fins d’isoler, de diaboliser et de détruire délibérément un individu. C’est l’histoire d’un homme que nous avons tous pris comme bouc émissaire en raison de notre propre incapacité sociale à nous attaquer à la corruption des gouvernements et aux crimes approuvés par l’État. Il s’agit donc également d’une histoire qui concerne chacun d’entre nous, qui touche à notre léthargie, notre auto-illusion et notre coresponsabilité dans les tragédies politiques, économiques et humaines de notre époque. Nils Melzer, est titulaire de la chaire des droits de l’homme à l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève. Il est également professeur de droit international à l’Université de Glasgow. Il a été Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants de 2016 à 2022.
Traduit de l'anglais par Diane Gilliard.

[hr]

Sortie le 9 septembre 2022

320 pages

24 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-41-2

24,00 Ajouter au panier
L’Impasse capitaliste
L’impasse capitaliste se résume en une double crise : économique et écologique. Soit relancer la croissance quelles que soient les conséquences sur la nature, soit préserver l’environnement au détriment des profits. À droite comme à gauche, la solution à ce dilemme prend la forme d’une incantation magique : produire autrement. Après avoir démontré la supercherie d’un capitalisme vert, Tom Thomas aborde le problème sous un angle bien plus radical et politiquement dérangeant: le travail. Car c’est bien le travail comme rapport d’exploitation qui structure toute la production capitaliste et qui épuise les êtres humains aussi bien que la nature. L’abolition du travail aliéné et la reconquête du temps libre constituent dès lors un préalable à la réappropriation collective de la production qui permettra non seulement d’instaurer des échanges durables entre les humains et la nature, mais également des rapports sociaux favorables au libre développement de chacun. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique.

[hr]

Sortie le 26 août 2022

156 pages

14 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-40-5

14,00 Ajouter au panier
L’ESTHÉTIQUE. TOME II

Publiée pour la première fois en allemand en 1963, L’Esthétique est un ouvrage somme dans lequel Georg Lukács a rassemblé et approfondi toutes ses réflexions touchant à la question de l’art.

Cet ouvrage s’inscrit dans la grande tradition philosophique qui d’Aristote à Hegel, en passant par Diderot et Kant, s’efforce de comprendre l’art et ses productions en tant qu’aspect essentiel de la vie des hommes. Comme tous les grands penseurs qui l’ont précédé, Lukács veut saisir l’art non comme un objet isolé, mais comme une fonction active de l’histoire de l’humanité.

Dans ce deuxième et dernier tome Lukács approfondit ses réflexions sur les bases psychologiques du comportement esthétique. Il aborde également le problème de la mimèsis dans différentes disciplines artistiques : musique, architecture, cinéma et les arts appliqués.

Pour Lukács en jouissant de l’œuvre, l’individu s’extrait de la médiocrité de la vie quotidienne, brise l’image du monde fétichisé et s’élève au niveau de la « cause de l’humanité ».

Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois. Traduit de l'allemand par Jean-Pierre Morbois et Guillaume Fondu.

[hr]

Sortie le 24 juin 2022

952 pages

38 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-39-9

38,00 Ajouter au panier
LE PILLAGE DE LA NATURE
Réchauffement climatique, déforestation, disparition des espèces, chacun s’alarme des catastrophes écologiques présentes ou à venir mais peu remettent en cause le système qui les a provoquées : le capitalisme. Reconnus comme des figures majeures de l’écomarxisme, John Bellamy Foster et Brett Clark explorent les œuvres de Marx et Engels afin d’élaborer une écologie politique matérialiste et dialectique. Cette approche originale alliant l’histoire, l’économie, la science et la politique déploie la question environnementale dans toute sa variété allant de l’agriculture à la maltraitance animale, en passant par l’alimentation et l’éco-impérialisme. Leur critique à la fois féroce et méticuleuse vise non seulement le néolibéralisme mais aussi l’écologie réformiste qui s’accommode également de l’ordre capitaliste bourgeois. Dévoilant le lien entre dégradation écologique et domination sociale ils posent les bases d’une lutte révolutionnaire où l’émancipation implique la fin d’une double exploitation: celle des êtres humains et de la nature. Car s’il s’agit bien d’en finir avec le pillage de la nature, les auteurs n’oublient pas que celui-ci est inhérent au pillage de l’existence humaine, à travers différentes formes d’oppression liées à la classe, la race et le genre. Pris dans le processus capitaliste d’épuisement de la nature, être une chose vivante c’est toujours être un objet de l’expropriation. John Bellamy Foster est rédacteur en chef de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Oregon. Brett Clark est rédacteur en chef adjoint de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’université de l’Utah. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cyrille RIvallan

[hr]

Sortie le 29 avril 2022

384 pages

26 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-38-2

26,00 Ajouter au panier
LE JOURNALISME INTÉGRAL
Écrits au début des années 1920 quand l’auteur était lui-même journaliste militant, ou bien au cours de son incarcération dans les prisons fascistes (1926-1937), ces textes nous offrent une véritable réflexion critique sur la pratique, les moyens et les buts d’un journalisme engagé. Outil d’information, mais surtout de formation, le journalisme est pour Gramsci un facteur clé pour le développement d’une nouvelle hégémonie culturelle, c’est-à-dire pour la création d’un nouveau sens commun. De nos jours, alors que les grands capitalistes ont mis la main sur presque tous les médias traditionnels et que les sites d’informations contestataires de toutes tendances se multi- plient sur internet, les réflexions de Gramsci fournissent des pistes fécondes à tous ceux pour qui l’information doit redevenir une arme au service du progrès social. Antonio Gramsci (1891-1937), militant et penseur marxiste, auteur des Cahiers de prison. Traduit de l'italien par Fabien Trémeau 

[hr]

Sortie le 20 mars 2022

112 pages

10 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-32-0

10,00 Ajouter au panier
LA CROISADE DES FOUS
Les événements tragiques de Yougoslavie donnèrent lieu à une débauche de propagande qui transforma la situation complexe des Balkans en une fable manichéenne, distribuant de façon simpliste les rôles des bons et des méchants. La grande qualité de l’ouvrage de Diana Johnstone est d’expliquer les causes historiques et géopolitiques profondes de ce conflit tout en menant une critique implacable de la propagande atlantiste qui les a travesties. Ainsi, non seulement il devient possible d’aborder ces événements sur une base factuelle richement documentée, mais aussi de comprendre le rôle majeur des techniques de désinformation et de manipulation de l’opinion publique qui font aujourd’hui partie de l’arsenal de guerre des puissances occidentales. Au lendemain de la défaite des États-Unis en Afghanistan, après les interventions occidentales désastreuses en Irak, en Libye et en Syrie au cours des années 2000-2010, la guerre de Yougoslavie apparaît comme la véritable matrice des guerres contemporaines. Diana Johnstone est une universitaire et une journaliste américaine.

[hr]

Sortie le 22 février 2022

372 pages

20 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-37-5

20,00 Ajouter au panier
GRANDEUR ET DÉCADENCE DE L’EXPRESSIONNISME
Les deux essais réunis dans cet ouvrage ont été publiés au cours des années 1930, du temps où Lukács, fuyant le nazisme, vivait à Moscou. Cette retraduction intégrale permet de redécouvrir toute la fécondité de la pensée de Lukács sur la question de la création littéraire et des avant-gardes. Refusant la conception de l’art pour l’art, Lukács développe une critique du formalisme artistique représenté par l’expressionnisme et le surréalisme qui, privilégiant le subjectivisme, enferme l’individu dans un rapport au monde irrationnel. Face à cette tendance, Lukács défend le réalisme et se fait le défenseur d’auteurs comme Thomas Mann, chez qui la création stylistique et l’audace formelle révèlent au lecteur les contradictions profondes de son époque et ainsi l’aident à surmonter son sentiment d’impuissance. Pour Lukács les courants littéraires ne relèvent pas de questions purement esthétiques mais ils sont profondément liés aux développements historiques et politiques. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de Histoire et conscience de classe et de L’Esthétique. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois. Traduit de l’allemand par Alix Bouffard, Lucie Capillon, Eliot Cordier, Alexandre Feron, Guillaume Fondu, Quentin Fondu, Mandie Joulin, Even Perchais-Lorfeuvre Even Perchais-Lorfeuvre, Jean Quétier, Félix Thiriet et Adnan Zolic  

[hr]

Sortie le 11 janvier 2022

167 pages

14 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-36-8

14,00 Ajouter au panier
L’ESTHÉTIQUE. TOME 1
Publiée pour la première fois en allemand en 1963, L’Esthétique est un ouvrage somme dans lequel Georg Lukács a rassemblé et approfondi toutes ses réflexions touchant à la question de l’art. Cet ouvrage s’inscrit dans la grande tradition philosophique qui d’Aristote à Hegel, en passant par Diderot et Kant, s’efforce de comprendre l’art et ses productions en tant qu’aspect essentiel de la vie des hommes. Comme tous les grands penseurs qui l’ont précédé, Lukács veut saisir l’art non comme un objet isolé, mais comme une fonction active de l’histoire de l’humanité. Ce premier tome étudie principalement les différences entre la sphère esthétique et d’autres domaines tels que la science, l’éthique et la religion. Défendant une approche historique et objective, Lukács analyse comment les besoins sociaux déterminent ces différentes dimensions de la vie humaine, et la façon dont en retour l’art et la science enrichissent perpétuellement la quotidienneté des individus. Il permet ainsi de comprendre le rôle particulier et nécessaire de l’oeuvre d’art dans la vie de l’humanité ainsi que son caractère radicalement immanentiste et défétichisant. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois. Traduit de l'allemand par Jean-Pierre Morbois et Guillaume Fondu.

[hr]

Sortie le 14 décembre 2021

920 pages

36 euros

Format : 15,5 x 23

ISBN : 979-10-97331-34-4

36,00 Ajouter au panier
LE MASSACRE DE CLICHY
Le soir du 16 mars 1937, Clichy fut le théâtre d’une manifestation de masse organisée par le Front populaire local contre un rassemblement du Parti social français (ex Croix-de-Feu), le parti fasciste dirigé par le lieutenant-colonel de La Rocque. Face aux provocations de l’extrême droite et à une gestion policière calamiteuse, la manifestation dégénéra en émeute. Six militants antifascistes et un gendarme trouvèrent la mort au cours des événements ou des suites de leurs blessures. Le lendemain, la “Red Riot” fit la une du New York Times et du Washington Post. Tout en retraçant avec précision et de façon vivante cet événement majeur de l’entre-deux-guerres, l’auteur nous plonge dans ce contexte historique particulier où la rue était un lieu primordial de l’affrontement politique. Les stratégies des partis de masse, l’organisation et la doctrine de la police, ainsi que le rôle et le niveau de violence dans la vie politique sont autant de thèmes abordés qui nous restituent la culture politique et militante d’une époque aux tensions idéologiques extrêmes. Tout lecteur qui se questionne sur la place de la violence en politique aujourd’hui et sur l’emploi de la police face aux mobilisations sociales et politiques, trouvera dans ce livre un précieux outil de réflexion.   Chris Millington, professeur à l’Université de Manchester, est spécialiste des mouvements d’anciens combattants en France après la Première Guerre mondiale et de l’histoire de l’extrême droite en France au xxe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau  

[hr]

Sortie le 16 septembre 2021

228 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-33-7

18,00 Ajouter au panier
“QUOI QU’IL EN COÛTE”
« Quoi qu’il en coûte » était le mot d’ordre de Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne, en 2012. Le message adressé au monde de la finance était limpide : vous aurez tout l’argent que vous voulez gratuitement, investissez sans crainte ! Résultat : une croissance nulle, un capital financier revigoré et une nouvelle bulle à l’horizon. Loin d’être une perversion d’un capitalisme prétendument « bon », la finance est le résultat d’un mode de production devenu sénile car enfoncé dans une crise sans fin. En s’appuyant sur les analyses de Marx, cet essai explique le rôle de la finance et comment elle en est arrivée à dominer toute notre économie contemporaine. Loin d’être une perversion, l’hyperfinanciarisation actuelle est le pur produit d’un capitalisme sénile, piégé dans une crise sans fin nous conduisant à des catastrophes politiques, écologiques et sociales. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique. Il est l'auteur de Contre l'État.

[hr]

Sortie le 27 août 2021

176 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-35-1

12,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT TRAVAILLEUR DOIT SAVOIR À PROPOS DE L’IMPÉRIALISME

Pourquoi les travailleurs des pays du Nord soutiennent-ils des politiques nationalistes, voire xénophobes ? Pourquoi ces travailleurs sont-ils souvent indifférents à la misère des travailleurs du Sud ? Et surtout : pourquoi les mouvements de gauche ignorent-ils depuis si longtemps ces questions ?

En oubliant l’impérialisme, les mouvements contestataires du Nord oublient l’internationalisme et se retrouvent démunis face à une classe possédante mondiale plus que jamais solidaire. Alors que le capitalisme se dirige vers la plus grave crise de son histoire, comprendre l’impérialisme contemporain est donc stratégiquement indispensable.

Cet essai dévoile comment la surexploitation de la main-d’œuvre des pays pauvres nourrit les profits des multinationales, mais aussi achète la paix sociale dans les pays riches. Analysant ce mode de vie impérialiste dans ses dimensions politiques et économiques, John Smith démasque un certain marxisme réformiste et élabore une théorie au service d’un mouvement authentiquement révolutionnaire.

  John Smith, chercheur indépendant et militant, auteur de L’Impérialisme au XXIe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau

[hr]

Sortie le 18 mai 2021

144 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-30-6

12,00 Ajouter au panier
DYNAMIQUE DE L’ÉCONOMIE CHINOISE
  Ce livre propose au lecteur une analyse originale de ce phénomène tout à fait extraordinaire qu’est la croissance économique chinoise, expliqué ici depuis les origines de la République populaire jusqu’à nos jours. Originale d’abord, parce que les auteurs ont reconstruit eux-mêmes, sur le pays étudié, des bases de données en séries temporelles pour le stock de capital physique, le stock de capital humain, les dépenses de recherche-et développement et l’indice d’inégalités de revenus de Gini. Originale ensuite, parce que les méthodologies utilisées passent au crible une gamme de courants théoriques très large : néoclassique, pickettyen et marxiste. Originale enfin, parce que les outils les plus modernes des statistiques et de l’économétrie sont mobilisés pour mener à bien ces recherches. Ce livre s'adresse aux économistes et à un public ayant de solides connaissances en économie.  

Rémy Herrera est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne.

Zhiming Long est économiste, enseignant à l’École de Marxisme de l’Université Tsinghua de Pékin.

  [hr]

Sortie le 22 avril 2021

386 pages

39 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-31-3

39,00 Ajouter au panier
LA FABRIQUE DE LA CHINE
Pour la grande majorité des médias occidentaux, il paraît incontestable que la Chine représente une menace pour la liberté, la démocratie et l’équilibre géopolitique. Face à cette opinion quasi unanime, Mobo Gao pose une question décisive : comment notre connaissance et notre compréhension de la Chine sont-elles construites ? Selon quels points de vue, quels jugements de valeurs implicites forgeons-nous l’image que nous avons de la Chine ? Abordant 11 thèmes fondamentaux pour comprendre la Chine d’aujourd’hui, l’auteur croise les travaux de chercheurs, journalistes et intellectuels Occidentaux et Chinois pour démontrer qu’aucun savoir n’est neutre. Grâce à une riche documentation il nous livre des explications stimulantes propres à désaxer notre regard et à dévoiler une Chine paradoxale et animée de nombreuses contradictions. Qu’est-ce qu’être Chinois du point de vue des Chinois eux-mêmes ? Quelle est la place du néolibéralisme dans la vie intellectuelle et académique chinoise ?Quel regard porter sur un passé récent tel que la révolution culturelle ? Quelle est la vision géopolitique des dirigeants chinois ? L’auteur n’hésite pas à aborder frontalement ces questions propices à de vives controverses. Par-là, il met au jour les partis pris politiques et les cadres conceptuels inavoués des commentateurs de la Chine, aussi bien de droite que de gauche. Mobo Gao est professeur en langue et civilisation chinoise à l’université d’Adélaïde en Australie. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 23 mars 2021

384 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
22,00 Ajouter au panier
RACONTER OU DÉCRIRE ?
Publié pour la première fois en 1937, Raconter ou Décrire ? est rapidement devenu un classique de la critique littéraire. Cette nouvelle traduction, accompagnée d’extraits de romans, permet de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d’œuvre qui a su mettre en lumière les rapports complexes unissant littérature et politique et interroger la place de l’écrivain dans la société capitaliste. Commençant son étude par une comparaison de deux extraits de Nana de Zola et d’Anna Karénine de Tolstoï, Lukács montre comment l’isolement de l’écrivain de la vie sociale le contraint à une description désincarnée du réel. Renvoyant dos à dos formalisme et naturalisme, il reconnaît chez les grands auteurs réalistes la capacité à saisir le mouvement véritable du processus vital, à puiser dans la matière riche et vivante du vécu pour redonner à l’individu son rôle agissant au sein des transformations sociales et historiques. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de La Théorie du roman et d’Histoire et conscience de classe. Traduit de l'allemand par Guillaume Fondu, Mandie Joulin, Gabriel Mahéo, Adrien Maufrais et Even Perchais.

[hr]

Sortie le 23 février 2021

156 pages

14 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
14,00 Ajouter au panier
GUERRES FROIDES
Alors qu’une nouvelle guerre froide oppose aujourd’hui les États-Unis et la Russie, Jeremy Kuzmarov et John Marciano retracent la longue histoire des rapports, souvent mal connue, entre ces deux grands pays, nous mettant ainsi en garde contre toute vision unilatérale. Analysant l’irrationalisme de la classe politique américaine à l’égard de la Russie et par ricochet l’hystérisation des rapports géopolitiques, les auteurs nous proposent une véritable contre-histoire de la guerre froide. Commençant par l’invasion américaine en Sibérie entre 1918 et 1920, ils dressent un récit passionnant de la politique américaine contre l’URSS tout au long du siècle. Se fondant sur les études historiques les plus rigoureuses, ils rappellent que la menace soviétique relevait essentiellement du fantasme et que nombre d’interventions militaires américaines répondaient à une logique de domination de classe alimentée par un discours de chasse aux sorcières. Si le Tiers-monde fut la principale victime de cette politique américaine, les citoyens des États-Unis subirent aussi les effets liberticides et socialement destructeurs des choix de leurs dirigeants. Jeremy Kuzmarov est spécialiste de la politique étrangère et de l’histoire contemporaine des États-Unis. Il enseigne actuellement au Tulsa Community College. John Marciano est professeur émérite de la State University of New York à Cortland. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 7 octobre 2020

324 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-27-6

 
22,00 Ajouter au panier
EN LUTTE !
Dans un contexte de forte contestation des politiques néolibérales menées par des dirigeants toujours plus soumis à l’agenda des puissances capitalistes, nous observons et subissons un accroissement des brutalités politiques, idéologiques et policières. Désormais, les manipulations médiatiques les plus grossières, l’instrumentalisation de la justice ainsi que les mutilations physiques deviennent des pratiques ordinaires pour contenir tout mouvement de protestation. Retraçant l’histoire des résistances populaires au cours des quarante dernières années, Rémy Herrera explique comment le socialisme mitterrandien a introduit le néolibéralisme en France puis s’arrête sur les étapes importantes des révoltes populaires contemporaines : grèves de 1995, référendum de2005, soulèvement des banlieues, entre autres,avant d’aborder la période macronienne en tant que dénouement logique de ce processus. Rappelant les échecs et les victoires toujours précaires des luttes sociales récentes, ce livre réinscrit les combats actuels dans un mouvement historique profond, au-delà des cadres partisans et syndicaux, où l’esprit de combat des classes populaires demeure vivant. Rémy Herrera, économiste, chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

288 pages

17 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-25-2

 
17,00 Ajouter au panier
CONTRE L’ÉTAT
Si beaucoup s’accordent sur le fait que l’État sert de bras armé au capital et à la classe qui le représente, beaucoup croient aussi à tort que ce même État, entre d’autres mains, pourrait être mis au service du peuple. C’est contre ce préjugé trop peu discuté que s’inscrit ce court et stimulant essai. Prolongeant les arguments construits par la tradition marxienne, il rappelle que, comme instance politique surplombant la société, l’État est toujours le garant d’une domination de classe. Loin d’être un outil neutre au service de qui s’en empare, il est un rouage essentiel de l’exploitation capitaliste. Certes, les sociétés modernes ne liquideront pas l’État du jour au lendemain. Néanmoins, tout mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs une dissolution à terme de l’État pour une réappropriation de la politique par le plus grand nombre. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est ’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique.

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

144 pages

12 euros

Format : 10x17

ISBN : 979-10-97331-24-5

12,00 Ajouter au panier
SANTÉ ET CAPITALISME
La crise du Covid-19 a révélé de graves incohérences dans les politiques de santé et des carences dramatiques dans la gestion et la sécurité sanitaire au sein de pays dits développés. Chacun est désormais conscient qu’au XXIe siècle une médecine efficace et accessible est une réalité très précaire. À la croisée de l’histoire, de la sociologie et de l’économie, cet ouvrage explique comment fonctionnent et se développent la médecine et les systèmes de soin aujourd’hui à travers le monde. Il nous permet ainsi d’y voir plus clair dans les grands débats relatifs à la santé. Qu’est-ce qui rend un système de santé efficace ? Comment se répartissent les inégalités en matière de santé à travers le monde? Quel rôle les puissances d’argent ont-elles dans la production et la distribution des soins ? Comment le néolibéralisme s’approprie-t-il le secteur de la santé ? Traitant de la marchandisation et de la privatisation galopante des systèmes de santé, de la transformation des patients en clients et donc en consommateurs, l’ouvrage montre combien la santé et la médecine sont la cible privilégiée de puissances industrielles et économiques. Dès lors, la question de la santé soulève une alternative radicale : soit la loi du profit, soit le bien-être du plus grand nombre. Traduit de l’anglais par Julie Héraut. [hr]

Sortie le 25 août 2020

192 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-26-9

15,00 Ajouter au panier
FÉTICHISME ET SOCIÉTÉ
Quand paraît en 1973 Fétichisme et société, les mouvements contestataires issus de Mai 68 amorcent leur déclin et la vague anti-marxiste se prépare. Constatant que le marxisme des partis de gauche devenait de plus en plus un obstacle à l’action, Jean-Marie Vincent cherche dans cet essai à réactiver le potentiel critique de Marx. L’ouvrage nous livre une pensée vivante, entrain de se faire, qui au fil de ses développements superpose de multiples niveaux d’analyses capables de rendre toute la complexité du concret. À la croisée de la sociologie, de la philosophie et de la politique l’ouvrage est autant animé par le souci d’une théorie subtile que par l’urgence d’une action politique capable de transformer la réalité sociale la plus immédiate.Détenteur d’une immense culture historique et philosophique, Jean-Marie Vincent confronte Max Weber à Lukács, mobilise Adorno contre Popper et défait Heidegger à l’aide d’Herbert Marcuse. Introduisant des œuvres alors très peu connues en France, il libère Marx des dogmes du marxisme pour que la théorie critique redevienne un outil émancipateur. Préface d’Alexander Neumann, professeur à l’Université Vincennes-Paris 8, directeur de la revue Variations. Jean-Marie Vincent (1934-2004), était professeur à l’Université Vincennes-Paris 8.   [hr]

Sortie le 11 mai  2020

384 pages

20 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-23-8

20,00 Ajouter au panier