LE MASSACRE DE CLICHY
Le soir du 16 mars 1937, Clichy fut le théâtre d’une manifestation de masse organisée par le Front populaire local contre un rassemblement du Parti social français (ex Croix-de-Feu), le parti fasciste dirigé par le lieutenant-colonel de La Rocque. Face aux provocations de l’extrême droite et à une gestion policière calamiteuse, la manifestation dégénéra en émeute. Six militants antifascistes et un gendarme trouvèrent la mort au cours des événements ou des suites de leurs blessures. Le lendemain, la “Red Riot” fit la une du New York Times et du Washington Post. Tout en retraçant avec précision et de façon vivante cet événement majeur de l’entre-deux-guerres, l’auteur nous plonge dans ce contexte historique particulier où la rue était un lieu primordial de l’affrontement politique. Les stratégies des partis de masse, l’organisation et la doctrine de la police, ainsi que le rôle et le niveau de violence dans la vie politique sont autant de thèmes abordés qui nous restituent la culture politique et militante d’une époque aux tensions idéologiques extrêmes. Tout lecteur qui se questionne sur la place de la violence en politique aujourd’hui et sur l’emploi de la police face aux mobilisations sociales et politiques, trouvera dans ce livre un précieux outil de réflexion.   Chris Millington, professeur à l’Université de Manchester, est spécialiste des mouvements d’anciens combattants en France après la Première Guerre mondiale et de l’histoire de l’extrême droite en France au xxe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau  

[hr]

Sortie le 16 septembre 2021

228 pages

18 euros

Format : 13 x 20

ISBN : 979-10-97331-33-7

18,00 Ajouter au panier
“QUOI QU’IL EN COÛTE”
« Quoi qu’il en coûte » était le mot d’ordre de Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne, en 2012. Le message adressé au monde de la finance était limpide : vous aurez tout l’argent que vous voulez gratuitement, investissez sans crainte ! Résultat : une croissance nulle, un capital financier revigoré et une nouvelle bulle à l’horizon. Loin d’être une perversion d’un capitalisme prétendument « bon », la finance est le résultat d’un mode de production devenu sénile car enfoncé dans une crise sans fin. En s’appuyant sur les analyses de Marx, cet essai explique le rôle de la finance et comment elle en est arrivée à dominer toute notre économie contemporaine. Loin d’être une perversion, l’hyperfinanciarisation actuelle est le pur produit d’un capitalisme sénile, piégé dans une crise sans fin nous conduisant à des catastrophes politiques, écologiques et sociales. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique. Il est l'auteur de Contre l'État.

[hr]

Sortie le 27 août 2021

176 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-35-1

12,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT TRAVAILLEUR DOIT SAVOIR À PROPOS DE L’IMPÉRIALISME

Pourquoi les travailleurs des pays du Nord soutiennent-ils des politiques nationalistes, voire xénophobes ? Pourquoi ces travailleurs sont-ils souvent indifférents à la misère des travailleurs du Sud ? Et surtout : pourquoi les mouvements de gauche ignorent-ils depuis si longtemps ces questions ?

En oubliant l’impérialisme, les mouvements contestataires du Nord oublient l’internationalisme et se retrouvent démunis face à une classe possédante mondiale plus que jamais solidaire. Alors que le capitalisme se dirige vers la plus grave crise de son histoire, comprendre l’impérialisme contemporain est donc stratégiquement indispensable.

Cet essai dévoile comment la surexploitation de la main-d’œuvre des pays pauvres nourrit les profits des multinationales, mais aussi achète la paix sociale dans les pays riches. Analysant ce mode de vie impérialiste dans ses dimensions politiques et économiques, John Smith démasque un certain marxisme réformiste et élabore une théorie au service d’un mouvement authentiquement révolutionnaire.

  John Smith, chercheur indépendant et militant, auteur de L’Impérialisme au XXIe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau

[hr]

Sortie le 18 mai 2021

144 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-30-6

12,00 Ajouter au panier
DYNAMIQUE DE L’ÉCONOMIE CHINOISE
  Ce livre propose au lecteur une analyse originale de ce phénomène tout à fait extraordinaire qu’est la croissance économique chinoise, expliqué ici depuis les origines de la République populaire jusqu’à nos jours. Originale d’abord, parce que les auteurs ont reconstruit eux-mêmes, sur le pays étudié, des bases de données en séries temporelles pour le stock de capital physique, le stock de capital humain, les dépenses de recherche-et développement et l’indice d’inégalités de revenus de Gini. Originale ensuite, parce que les méthodologies utilisées passent au crible une gamme de courants théoriques très large : néoclassique, pickettyen et marxiste. Originale enfin, parce que les outils les plus modernes des statistiques et de l’économétrie sont mobilisés pour mener à bien ces recherches. Ce livre s'adresse aux économistes et à un public ayant de solides connaissances en économie.  

Rémy Herrera est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne.

Zhiming Long est économiste, enseignant à l’École de Marxisme de l’Université Tsinghua de Pékin.

  [hr]

Sortie le 22 avril 2021

386 pages

39 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-31-3

39,00 Ajouter au panier
LA FABRIQUE DE LA CHINE
Pour la grande majorité des médias occidentaux,il paraît incontestable que la Chine représente une menace pour la liberté, la démocratie et l’équilibre géopolitique. Face à cette opinion quasi unanime, Mobo Gao pose une question décisive : comment notre connaissance et notre compréhension de la Chine sont-elles construites ? Selon quels points de vue, quels jugements de valeurs implicites forgeons-nous l’image que nous avons de la Chine ? Abordant 11 thèmes fondamentaux pour comprendre la Chine d’aujourd’hui, l’auteur croise les travaux de chercheurs, journalistes et intellectuels Occidentaux et Chinois pour démontrer qu’aucun savoir n’est neutre. Grâce à une riche documentation il nous livre des explications stimulantes propres à désaxer notre regard et à dévoiler une Chine paradoxale et animée de nombreuses contradictions. Qu’est-ce qu’être Chinois du point de vue des Chinois eux-mêmes ? Quelle est la place du néolibéralisme dans la vie intellectuelle et académique chinoise ?Quel regard porter sur un passé récent tel que la révolution culturelle ? Quelle est la vision géopolitique des dirigeants chinois ? L’auteur n’hésite pas à aborder frontalement ces questions propices à de vives controverses. Par-là, il met au jour les partis pris politiques et les cadres conceptuels inavoués des commentateurs de la Chine, aussi bien de droite que de gauche. Mobo Gao est professeur en langue et civilisation chinoise à l’université d’Adélaïde en Australie. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 23 mars 2021

384 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
22,00 Ajouter au panier
RACONTER OU DÉCRIRE ?
Publié pour la première fois en 1937, Raconter ou Décrire ? est rapidement devenu un classique de la critique littéraire. Cette nouvelle traduction, accompagnée d’extraits de romans, permet de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d’œuvre qui a su mettre en lumière les rapports complexes unissant littérature et politique et interroger la place de l’écrivain dans la société capitaliste. Commençant son étude par une comparaison de deux extraits de Nana de Zola et d’Anna Karénine de Tolstoï, Lukács montre comment l’isolement de l’écrivain de la vie sociale le contraint à une description désincarnée du réel. Renvoyant dos à dos formalisme et naturalisme, il reconnaît chez les grands auteurs réalistes la capacité à saisir le mouvement véritable du processus vital, à puiser dans la matière riche et vivante du vécu pour redonner à l’individu son rôle agissant au sein des transformations sociales et historiques. Georg Lukács (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois, auteur entre autres de La Théorie du roman et d’Histoire et conscience de classe. Traduit de l'allemand par Guillaume Fondu, Mandie Joulin, Gabriel Mahéo, Adrien Maufrais et Even Perchais.

[hr]

Sortie le 23 février 2021

156 pages

14 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-28-3

 
14,00 Ajouter au panier
GUERRES FROIDES
Alors qu’une nouvelle guerre froide oppose aujourd’hui les États-Unis et la Russie, Jeremy Kuzmarov et John Marciano retracent la longue histoire des rapports, souvent mal connue, entre ces deux grands pays, nous mettant ainsi en garde contre toute vision unilatérale. Analysant l’irrationalisme de la classe politique américaine à l’égard de la Russie et par ricochet l’hystérisation des rapports géopolitiques, les auteurs nous proposent une véritable contre-histoire de la guerre froide. Commençant par l’invasion américaine en Sibérie entre 1918 et 1920, ils dressent un récit passionnant de la politique américaine contre l’URSS tout au long du siècle. Se fondant sur les études historiques les plus rigoureuses, ils rappellent que la menace soviétique relevait essentiellement du fantasme et que nombre d’interventions militaires américaines répondaient à une logique de domination de classe alimentée par un discours de chasse aux sorcières. Si le Tiers-monde fut la principale victime de cette politique américaine, les citoyens des États-Unis subirent aussi les effets liberticides et socialement destructeurs des choix de leurs dirigeants. Jeremy Kuzmarov est spécialiste de la politique étrangère et de l’histoire contemporaine des États-Unis. Il enseigne actuellement au Tulsa Community College. John Marciano est professeur émérite de la State University of New York à Cortland. Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 7 octobre 2020

324 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-27-6

 
22,00 Ajouter au panier
EN LUTTE !
Dans un contexte de forte contestation des politiques néolibérales menées par des dirigeants toujours plus soumis à l’agenda des puissances capitalistes, nous observons et subissons un accroissement des brutalités politiques, idéologiques et policières. Désormais, les manipulations médiatiques les plus grossières, l’instrumentalisation de la justice ainsi que les mutilations physiques deviennent des pratiques ordinaires pour contenir tout mouvement de protestation. Retraçant l’histoire des résistances populaires au cours des quarante dernières années, Rémy Herrera explique comment le socialisme mitterrandien a introduit le néolibéralisme en France puis s’arrête sur les étapes importantes des révoltes populaires contemporaines : grèves de 1995, référendum de2005, soulèvement des banlieues, entre autres,avant d’aborder la période macronienne en tant que dénouement logique de ce processus. Rappelant les échecs et les victoires toujours précaires des luttes sociales récentes, ce livre réinscrit les combats actuels dans un mouvement historique profond, au-delà des cadres partisans et syndicaux, où l’esprit de combat des classes populaires demeure vivant. Rémy Herrera, économiste, chercheur au CNRS (Centre d’Économie de la Sorbonne).

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

288 pages

17 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-25-2

 
17,00 Ajouter au panier
CONTRE L’ÉTAT
Si beaucoup s’accordent sur le fait que l’État sert de bras armé au capital et à la classe qui le représente, beaucoup croient aussi à tort que ce même État, entre d’autres mains, pourrait être mis au service du peuple. C’est contre ce préjugé trop peu discuté que s’inscrit ce court et stimulant essai. Prolongeant les arguments construits par la tradition marxienne, il rappelle que, comme instance politique surplombant la société, l’État est toujours le garant d’une domination de classe. Loin d’être un outil neutre au service de qui s’en empare, il est un rouage essentiel de l’exploitation capitaliste. Certes, les sociétés modernes ne liquideront pas l’État du jour au lendemain. Néanmoins, tout mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs une dissolution à terme de l’État pour une réappropriation de la politique par le plus grand nombre. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est ’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique.

[hr]

Sortie le 15 septembre 2020

144 pages

12 euros

Format : 10x17

ISBN : 979-10-97331-24-5

12,00 Ajouter au panier
SANTÉ ET CAPITALISME
La crise du Covid-19 a révélé de graves incohérences dans les politiques de santé et des carences dramatiques dans la gestion et la sécurité sanitaire au sein de pays dits développés. Chacun est désormais conscient qu’au XXIe siècle une médecine efficace et accessible est une réalité très précaire. À la croisée de l’histoire, de la sociologie et de l’économie, cet ouvrage explique comment fonctionnent et se développent la médecine et les systèmes de soin aujourd’hui à travers le monde. Il nous permet ainsi d’y voir plus clair dans les grands débats relatifs à la santé. Qu’est-ce qui rend un système de santé efficace ? Comment se répartissent les inégalités en matière de santé à travers le monde? Quel rôle les puissances d’argent ont-elles dans la production et la distribution des soins ? Comment le néolibéralisme s’approprie-t-il le secteur de la santé ? Traitant de la marchandisation et de la privatisation galopante des systèmes de santé, de la transformation des patients en clients et donc en consommateurs, l’ouvrage montre combien la santé et la médecine sont la cible privilégiée de puissances industrielles et économiques. Dès lors, la question de la santé soulève une alternative radicale : soit la loi du profit, soit le bien-être du plus grand nombre. Traduit de l’anglais par Julie Héraut. [hr]

Sortie le 25 août 2020

192 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-26-9

15,00 Ajouter au panier
FÉTICHISME ET SOCIÉTÉ
Quand paraît en 1973 Fétichisme et société, les mouvements contestataires issus de Mai 68 amorcent leur déclin et la vague anti-marxiste se prépare. Constatant que le marxisme des partis de gauche devenait de plus en plus un obstacle à l’action, Jean-Marie Vincent cherche dans cet essai à réactiver le potentiel critique de Marx. L’ouvrage nous livre une pensée vivante, entrain de se faire, qui au fil de ses développements superpose de multiples niveaux d’analyses capables de rendre toute la complexité du concret. À la croisée de la sociologie, de la philosophie et de la politique l’ouvrage est autant animé par le souci d’une théorie subtile que par l’urgence d’une action politique capable de transformer la réalité sociale la plus immédiate.Détenteur d’une immense culture historique et philosophique, Jean-Marie Vincent confronte Max Weber à Lukács, mobilise Adorno contre Popper et défait Heidegger à l’aide d’Herbert Marcuse. Introduisant des œuvres alors très peu connues en France, il libère Marx des dogmes du marxisme pour que la théorie critique redevienne un outil émancipateur. Préface d’Alexander Neumann, professeur à l’Université Vincennes-Paris 8, directeur de la revue Variations. Jean-Marie Vincent (1934-2004), était professeur à l’Université Vincennes-Paris 8.   [hr]

Sortie le 11 mai  2020

384 pages

20 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-23-8

20,00 Ajouter au panier
LE FASCISME FRANÇAIS
Les émeutes du 6 février 1934 sont la plus grave crise politique que connut la France durant l’entre deux-guerres. Pourtant les ouvrages consacrés à ces violentes manifestations d’extrême droite sont rares. Se fondant sur les archives de police, la presse de l’époque et les témoignages directs, Brian Jenkins et Chris Millington apportent une contribution majeure à l’histoire du fascisme en France en livrant un tableau précis des origines, du déroulement et des conséquences du 6 février. Réfutant la thèse de l’immunité française au fascisme défendue par d’éminents historiens français, ils prouvent que les ligues d’extrême droite étaient des organisations comparables aux partis fascistes d’Italie et d’Allemagne. Toutefois, confrontés à des forces de gauche bien organisées, les fascistes français ne purent, contrairement à leurs voisins européens, s’emparer du pouvoir avant juin 1940. Plus que de simples émeutes désordonnées, le6 février constitue la première étape d’un processus qui aboutira au régime de Vichy et à la collaboration. Brian Jenkins, professeur émérite de l’Université de Leeds, est spécialiste du nationalisme et de l’extrême droite en France durant l’entre-deux-guerres. Chris Millington, professeur à l’Université de Manchester, est spécialiste des mouvements d’anciens combattants en France après la Première Guerre mondiale et de l’histoire de l’extrême droite en France au xxe siècle. Traduit de l’anglais par Alain Mercadé et Daniel Sillou.

[hr]

Sortie le 11 mai 2020

368 pages

22 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-22-1

22,00 Ajouter au panier