“QUOI QU’IL EN COÛTE”
« Quoi qu’il en coûte » était le mot d’ordre de Mario Draghi, directeur de la Banque centrale européenne, en 2012. Le message adressé au monde de la finance était limpide : vous aurez tout l’argent que vous voulez gratuitement, investissez sans crainte ! Résultat : une croissance nulle, un capital financier revigoré et une nouvelle bulle à l’horizon. Loin d’être une perversion d’un capitalisme prétendument « bon », la finance est le résultat d’un mode de production devenu sénile car enfoncé dans une crise sans fin. En s’appuyant sur les analyses de Marx, cet essai explique le rôle de la finance et comment elle en est arrivée à dominer toute notre économie contemporaine. Loin d’être une perversion, l’hyperfinanciarisation actuelle est le pur produit d’un capitalisme sénile, piégé dans une crise sans fin nous conduisant à des catastrophes politiques, écologiques et sociales. Tom Thomas, économiste, urbaniste et militant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’analyse politique. Il est l'auteur de Contre l'État.

[hr]

Sortie le 27 août 2021

176 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-35-1

12,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT TRAVAILLEUR DOIT SAVOIR À PROPOS DE L’IMPÉRIALISME

Pourquoi les travailleurs des pays du Nord soutiennent-ils des politiques nationalistes, voire xénophobes ? Pourquoi ces travailleurs sont-ils souvent indifférents à la misère des travailleurs du Sud ? Et surtout : pourquoi les mouvements de gauche ignorent-ils depuis si longtemps ces questions ?

En oubliant l’impérialisme, les mouvements contestataires du Nord oublient l’internationalisme et se retrouvent démunis face à une classe possédante mondiale plus que jamais solidaire. Alors que le capitalisme se dirige vers la plus grave crise de son histoire, comprendre l’impérialisme contemporain est donc stratégiquement indispensable.

Cet essai dévoile comment la surexploitation de la main-d’œuvre des pays pauvres nourrit les profits des multinationales, mais aussi achète la paix sociale dans les pays riches. Analysant ce mode de vie impérialiste dans ses dimensions politiques et économiques, John Smith démasque un certain marxisme réformiste et élabore une théorie au service d’un mouvement authentiquement révolutionnaire.

  John Smith, chercheur indépendant et militant, auteur de L’Impérialisme au XXIe siècle. Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par VIvien Guarino et Fabien Trémeau

[hr]

Sortie le 18 mai 2021

144 pages

12 euros

Format : 11 x 17

ISBN : 979-10-97331-30-6

12,00 Ajouter au panier
DYNAMIQUE DE L’ÉCONOMIE CHINOISE
  Ce livre propose au lecteur une analyse originale de ce phénomène tout à fait extraordinaire qu’est la croissance économique chinoise, expliqué ici depuis les origines de la République populaire jusqu’à nos jours. Originale d’abord, parce que les auteurs ont reconstruit eux-mêmes, sur le pays étudié, des bases de données en séries temporelles pour le stock de capital physique, le stock de capital humain, les dépenses de recherche-et développement et l’indice d’inégalités de revenus de Gini. Originale ensuite, parce que les méthodologies utilisées passent au crible une gamme de courants théoriques très large : néoclassique, pickettyen et marxiste. Originale enfin, parce que les outils les plus modernes des statistiques et de l’économétrie sont mobilisés pour mener à bien ces recherches. Ce livre s'adresse aux économistes et à un public ayant de solides connaissances en économie.  

Rémy Herrera est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’Économie de la Sorbonne.

Zhiming Long est économiste, enseignant à l’École de Marxisme de l’Université Tsinghua de Pékin.

  [hr]

Sortie le 22 avril 2021

386 pages

39 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-31-3

39,00 Ajouter au panier
L’IMPÉRIALISME AU XXIe SIÈCLE
Un t-shirt, une tasse de café, un iPhone, ces marchandises qui nous paraissent banales renferment pourtant toute l’inhumanité de la mondialisation néolibérale. C’est en décrivant les conditions de leur production que John Smith commence son étude majeure sur les relations des grandes firmes multinationales des principaux pays capitalistes avec le reste du monde. Attaquant le conte de fées néolibéral selon lequel les populations des pays du Sud profitent de la mondialisation, l’auteur balaye les arguments fallacieux des économistes dominants pour dévoiler le système d’exploitation et de pillages des grandes entreprises transnationales qui ne recourent désormais à la force militaire des États impérialistes qu’en cas de résistance. John Smith éclaire ainsi d’un jour nouveau les problèmes politiques et sociaux les plus actuels : la désindustrialisation des pays du Nord, le pouvoir de la finance, la migration, la crise écologique, l’esclavage moderne, la perpétuation des inégalités hommes/femmes. Complétant l’analyse scientifique des faits par une pensée théorique novatrice et rigoureuse, John Smith donne les clefs pour comprendre les liens étroits existant entre les luttes sociales actuelles au Sud et au Nord. À l’âge de l’impérialisme, la lutte de classe se livre plus que jamais à l’échelle internationale. L’Impérialisme au XXIe siècle est lauréat du prix Paul A. Baran — Paul M. Sweezy John Smith, chercheur indépendant et militant, docteur en économie de l’université de Sheffield Traduit de l'anglais par Cyrille Rivallan.

[hr]

Sortie le 10 septembre 2019

552 pages

26 euros

Format : 15,5x23

ISBN : 979-10-97331-19-1

26,00 Ajouter au panier
L’AGRICULTURE À L’ÈRE DE LA MONDIALISATION
Quel point commun entre un villageois pauvre et sans terre du Bangladesh, l’agriculture américaine hautement capitalisée, un couple d’exploitants tanzaniens destinant leur récolte à l’exportation et les grandes exploitations brésiliennes ? Peut-on vraiment les réunir sous le terme « agriculteur » sans passer à côté des rapports réels de domination et de la façon dont s’organise l’activité agricole au sein de notre économie mondialisée ? Cet ouvrage, d’une clarté remarquable, est une référence incontournable pour comprendre les différents rapports formant les dynamiques et les luttes de classes au sein du monde agricole actuel : rapports de pouvoir, de genre, d’exploitation, rapports Nord/Sud. Alliant une approche historique, une explication des concepts clés et de nombreux cas concrets à travers le monde, ce livre est une lecture indispensable pour tous ceux souhaitant comprendre le monde agricole pour mieux le transformer.   Henry Bernstein est professeur émérite à la SOAS (University of London). Traduit de l'anglais par Edouard Morena.
Lire un extrait  [icon icon=icon-book size=26px color=#000 ]

[hr]

Sortie le 15 mai 2019

204 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-17-7

15,00 Ajouter au panier
LE CAPITASLIME FACE À SON DÉCLIN
Les rivalités entre grandes puissances structurent désormais l’ensemble de la scène internationale. Entre guerre économique et conflits armés, il devient de plus en plus clair que nous entrons dans un monde multipolaire à l’avenir incertain. En rappelant les véritables causes de la crise systémique que subit le capitalisme depuis plusieurs décennies, les auteurs révèlent les impasses de notre économie et les tensions géopolitiques qui en découlent. Face à une puissance américaine entièrement dépendante des profits spéculatifs et incapable de relancer une production réelle de richesses, émergent alors des contre-modèles (Russie, Chine) qui, sans dépasser le capitalisme, sont susceptibles de précipiter sa chute.  

Les auteurs

  W. Dierckxsens, Université du Honduras et du Costa Rica, ancien administrateur à l’ONU. A. Piqueras, Université de Castellón Jaume I (Espagne). R. Herrera, chercheur au CNRS. P. Nakatani, Université fédérale d’Espírito Santo (Brésil). W. Formento, Université nationale de La Plata (Argentine). Traduit de l'espagnol par Rémy Herrera.
Lire un extrait  [icon icon=icon-book size=26px color=#000 ]
[hr]

Sortie le 24 avril 2019

166 pages

15 euros

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-15-3

15,00 Ajouter au panier
CE QUE TOUT ÉCOLOGISTE DOIT SAVOIR À PROPOS DU CAPITALISME
  Si la crise écologique majeure que nous connaissons est la conséquence des activités humaines, alors une réaction efficace à cette crise implique nécessairement une remise en cause du mode d’activité propre à l’humanité contemporaine, à savoir le capitalisme. Au fil d’un exposé accessible au plus grand nombre, mobilisant avec clarté les données scientifiques et économiques, les auteurs éclairent les enjeux proprement politiques unissant question économique et question écologique. Ils établissent ainsi l’impossible coexistence d’un mode de production fondé sur l’accumulation et un environnement humainement viable. La dégradation de l’environnement n’est pas un accident, elle s’inscrit au contraire dans la logique du capitalisme. De fait, la promesse d’un « capitalisme vert », ou l’espoir d’un salut écologique par les nouvelles technologies conservant l’ordre économique actuel ne peuvent être qu’illusions.   Fred Magdoff est professeur émérite de sciences naturelles à l’Université de Vermont. John Bellamy Foster est directeur de la Monthly Review et professeur de sociologie à l’Université d’Oregon. Traduit de l'anglais par Lea Sinoimeri.  
Lire un extrait  [icon icon=icon-book size=26px color=#000 ]
[hr]

Sortie le 15 septembre 2017

16 euros

202 pages

Format : 13x20

ISBN : 979-10-97331-03-0 

16,00 Ajouter au panier